Henri Cartier-Bresson disait : 

"Je marchais toute la journée, l’esprit tendu, cherchant dans les rues à prendre sur le vif des photos comme des flagrants délits. J’avais surtout le désir de saisir dans une seule image l’essentiel d’une scène qui surgissait ."

 

Cartier Bresson Derrière la Gare Saint-Lazare, 1932 et Palerme, 1971

Cartier-Bresson. Derrière la gare Saint-Lazare, 1932

 

On ne peut évoquer l'instant décisif sans penser immédiatement à Henri Cartier-Bresson dit « HCB ». Pour avoir eu le bonheur de la visiter il y a quelques jours, je ne peux que vous encourager à admirer l'exposition « A vue d'œil » qui lui est consacrée. Çà se passe à la Maison Européenne de la Photographie à Paris et c'est jusqu'au 30 août 2009.

Mais qu'est-ce que l'instant décisif ? La photographie est le seul moyen d'expression qui fixe un instant précis. Mais que de mal pour le saisir ! Je pratique la photographie que j'appelle «de rue» depuis plusieurs années et je vous propose d'aborder ce thème de l'instant décisif à travers quelques mots :

Voir. Nous, photographes avons sans doute un avantage de taille : La pratique de la photographie doit normalement développer (sans jeu de mots...) ce sens qui nous est si précieux. Voit-on comme les autres ? Ce qui passe normalement inaperçu n'est-il pas matière à s'exprimer pour nous ?

Chercher. Bien sûr, on peut se poster à un angle de rue et espérer la bonne situation qu'il faudra alors saisir. Mais quoi de plus jouissif que la ballade photographique ? Aller à la rencontre, flâner, déambuler, laisser venir. Il y a toujours une situation insolite qui finit par se présenter. Mais bien souvent, c'est lorsqu'on sort avec la ferme intention de ramener quelque chose, qu'on ne rapporte rien. Humilité aussi...

Suivre : Je pense immédiatement à Elliot Erwitt et à sa série de photos sur ce touriste qui n'arrivait pas à fermer son parasol. C'était à Trouville en 1965. Le photographie l'a suivi sur plusieurs centaines de mètres, parasol toujours ouvert.

Attendre : On sait parfois que quelque chose va se passer. Ce pressentiment qui donne parfois naissance à de superbes moments de photo-journalisme.

Chance : N'a t-elle pas son mot à dire ? Je lisais récemment un petit article. Le rédacteur affirmait que la chance n'existe pas en photographie. Que c'est plutôt l'artiste qui la provoque. Que l'on va réussir un cliché simplement parce qu'on a décidé de sortir et que l'on trouvera toujours matière à nourrir notre passion.

Solitude : « Il faut aimer la solitude pour être photographe » (Depardon) Oui, l'exercice ne peut se faire en présence de tiers, mêmes photographes !

L'instant décisif a marqué l'histoire de la photographie mais n'est-ce pas aussi la photographie elle-même ?

«J'ai fait 300 bonnes photos dans ma vie, 300 photos qui résistent au temps. Au 1/100ème de seconde pour chaque photo, cela représente 3 secondes de réussite» (Robert Doisneau) Un instant décisif...

 

texte de Vincent Villano relevé sur le site de Photofiles Magazine Photo